test content page
La Légende du Pagne Tissé et la Toile de l’Araignée

La légende du pagne tissé inspiré de la toile de l’araignée est une histoire fascinante qui traverse les âges et les cultures. Cette légende, profondément enracinée dans la tradition orale, raconte comment l’homme a été inspiré par la nature pour créer l’un des premiers vêtements de l’humanité : le pagne tissé.

La Toile de l’Araignée : Une Source d’Inspiration

Selon la légende, nos ancêtres ont été émerveillés par la beauté et la complexité de la toile de l’araignée. Ils ont observé comment l’araignée tisse sa toile avec une précision et une délicatesse incroyables, créant un chef-d’œuvre de la nature. Inspirés par cette observation, ils ont cherché à reproduire cette merveille dans leur propre création.

La Naissance du Pagne Tissé

C’est ainsi qu’est né le pagne tissé. Nos ancêtres ont commencé à tisser des fils ensemble, imitant la manière dont l’araignée tisse sa toile. Ils ont utilisé divers matériaux disponibles dans leur environnement, tels que les fibres de plantes et les poils d’animaux, pour créer ces premiers pagnes.

Au fil du temps, le pagne tissé est devenu un élément essentiel de la culture et de l’identité de nombreux peuples. Il a été utilisé non seulement comme vêtement, mais aussi comme moyen d’expression artistique et culturelle.

La légende du pagne tissé inspiré de la toile de l’araignée nous rappelle l’ingéniosité et la créativité de nos ancêtres. Elle nous montre comment l’homme a toujours été inspiré par la nature dans ses créations. Aujourd’hui encore, le pagne tissé reste un symbole fort de l’histoire et de la culture de nombreux peuples.

Cette légende continue d’inspirer les générations actuelles, nous rappelant l’importance de respecter et de préserver notre patrimoine culturel et notre environnement naturel. Elle nous enseigne que la nature est une source inépuisable d’inspiration et de sagesse. C’est une leçon que nous devrions tous chérir et transmettre aux générations futures.

 » Inspirons nous de notre savoir culturel , notre histoire est riche « 

L’artisanciv équipe
Général
test content page
Une Nouvelle Collection de Pagne Tissé: Un Hommage aux 18 Montagnes de Man et au Zèbre

L’art est un langage universel, une forme d’expression qui transcende les frontières. Aujourd’hui, nous vous présentons une nouvelle collection de pagne tissé qui rend hommage à la beauté naturelle de la Côte d’Ivoire, plus précisément à la région de Man et ses 18 montagnes majestueuses.

Inspiration des 18 Montagnes

La région de Man, connue pour ses 18 montagnes, est une source d’inspiration inépuisable. Chaque montagne a sa propre histoire, sa propre identité. Cette collection de pagne tissé capture l’essence de ces montagnes, leurs formes, leurs couleurs et leurs textures. Les motifs géométriques complexes et les couleurs vives évoquent les paysages montagneux, créant un lien visuel entre le vêtement et la terre.

Le Zèbre: Un Symbole de Beauté et de Singularité

En plus des montagnes, cette collection s’inspire également des zèbres. Les rayures distinctives du zèbre sont uniques à chaque individu, tout comme chaque pièce de cette collection est unique. Les traits noirs et blancs du zèbre sont tissés dans le pagne, créant un contraste saisissant qui attire le regard.

La Qualité Première: L’Aération et la Fraîcheur

Au-delà de l’esthétique, cette collection de pagne tissé offre la qualité première des pagnes traditionnels: l’aération. Grâce à sa texture unique, le pagne tissé permet une circulation d’air optimale, offrant une sensation de fraîcheur même dans les climats les plus chauds. C’est un rappel que la mode et le confort peuvent coexister.

Que savoir

Cette nouvelle collection de pagne tissé est plus qu’une simple mode. C’est une célébration de la culture ivoirienne, un hommage à la beauté naturelle de la région de Man et une déclaration de singularité inspirée par le zèbre. Avec sa texture aérée et sa fraîcheur, elle offre non seulement du style, mais aussi du confort. C’est la mode dans toute sa splendeur, inspirée par la nature et créée pour l’homme.

Général
test content page
Plus qu’un pagne une légende, le goli-pklo dans toutes sa splendeur

Il y a très longtemps, dans les profondeurs de les savanes arborés de la région Baoulé, vivait une tribu dont les membres étaient connus pour leur lien profond avec la nature et les animaux. Parmi les membres de cette tribu se trouvaient des tisserands talentueux.

Parmi ces tisserands, il y avait un jeune artisan du nom de Koffi. Koffi avait hérité du savoir-faire ancestral des tisserands de sa tribu et était réputé pour son habileté à créer des pagnes d’une grande beauté. Un jour, alors qu’il se promenait près d’une rivière, il fit une rencontre extraordinaire : une panthère majestueuse.

La panthère ou GOLI en baoulé , connue pour son rôle dans la conception du monde selon les croyances Baoulé, était vénérée par la tribu. Koffi était émerveillé par la grâce et la puissance de cet animal. Fasciné par son pelage, qui avait la particularité d’avoir des taches noires et dorées se mêlant harmonieusement, il décida de capturer cette beauté sur les pagnes qu’il tissait.

Koffi observa attentivement la panthère et étudia les motifs uniques de son pelage. Il remarqua comment les taches se fondaient avec élégance et créaient une symphonie de couleurs. Il était convaincu que ces motifs sacrés pouvaient apporter à ses pagnes une signification profonde et un pouvoir symbolique.

De retour dans son atelier, Kofi partagea ses découvertes avec les autres tisserands de la tribu. Ils furent tous inspirés par la vision de Koffi et décidèrent de relever le défi de reproduire les motifs du pelage de la panthère sur leurs créations. Ils utilisaient des fils noirs et dorés pour créer des motifs complexes, reflétant la magie et l’énergie de la panthère.

Au fil du temps, les pagnes tissés avec les motifs de la panthère devinrent très prisés dans la tribu Baoulé. Les gens croyaient que ces pagnes portaient en eux le pouvoir de la panthère, symbole de force, de protection et de connexion avec les forces de la nature. Les pagnes étaient portés lors de cérémonies spéciales, de rites de passage et de festivités importantes.

Ainsi, les tisserands ont perpétué la tradition de tisser les motifs du pelage de la panthère, créant ainsi des pagnes uniques et chargés de sens. Leur art était une célébration de la puissance de la nature et un moyen de se connecter avec les forces mystérieuses qui régissent le monde.

Aujourd’hui, le motif de la panthère continue d’occuper une place centrale dans l’artisanat et la culture avec des nouveaux motifs dérivés ; Ngatebouin , bobaraba , millionnaire …

Général
test content page
Un tissu bon pour la santé…

Les tissus africains sont depuis longtemps connus pour leur beauté et leur durabilité. Cependant, une caractéristique souvent ignorée de ces tissus est leur capacité à permettre au porteur d’être plus aéré. Cette qualité est particulièrement importante dans les régions chaudes et humides d’Afrique où les vêtements peuvent rapidement devenir étouffants et inconfortables.

Les tissus africains traditionnels sont souvent fabriqués à partir de fibres naturelles telles que le coton et le lin qui sont respirants et permettent à l’air de circuler facilement à travers le tissu. Ces fibres sont également légères et absorbent l’humidité, ce qui aide à garder le porteur au frais et au sec. Les motifs et les couleurs vibrantes des tissus africains traditionnels sont également conçus pour refléter la culture et l’histoire des communautés qui les créent.

Bien que les tissus africains traditionnels aient une longue histoire et soient toujours largement portés aujourd’hui, il y a eu une récente augmentation de la demande pour des tissus africains plus modernes et innovants qui combinent les qualités traditionnelles avec des technique de pointe. , encore plus respirants et plus durables.

Les avantages des tissus africains ne se limitent pas à leur capacité à permettre au porteur d’être plus aéré. Ces tissus sont également écologiques, car ils sont souvent fabriqués à partir de matériaux durables et renouvelables tels que le coton biologique. En outre, l’utilisation de tissus africains contribue à soutenir les industries locales, créant ainsi des emplois et stimulant l’économie.

En conclusion, les tissus africains ont bien plus à offrir que leur beauté et leur durabilité. Leur capacité à permettre au porteur d’être plus aéré est une qualité importante, surtout dans les régions chaudes et humides d’Afrique. Les fabricants de tissus africains continuent d’innover pour créer des tissus plus modernes et plus respirants tout en conservant les qualités traditionnelles qui ont fait de ces tissus une partie intégrante de la culture africaine depuis des siècles.

Général
test content page
Non! le bazin n’est pas Africain

Le tissu Bazin est un textile modeste qui est souvent associé à l’Afrique très apprécié des populations ouest africaine le Bazin s’intègre aujourd’hui dans plusieurs communautés comme un tissu traditionnel africain .

Cependant, il est important de noter que le Bazin n’est pas exclusivement africain et a une histoire qui remonte bien avant la colonisation de l’Afrique.

Le Bazin est un tissu tissé à partir de fils de coton de gamme et est souvent orné de broderies complexes. Il est utilisé pour une variété de vêtements, allant des robes aux costumes religieux . Les couleurs vibrantes et les motifs élaborés sont souvent inspirés des cultures locales, mais ils sont très influencés par des styles internationaux.

Origine

L’origine du Bazin remonte au 19ème siècle, lorsque les marchands européens ont commencé à exporter du coton en Afrique de l’Ouest. À l’époque, le coton importé était considéré comme un produit de luxe et était souvent réservé aux élites locales. Les Européens ont rapidement réalisé le potentiel commercial du marché africain et ont commencé à produire du coton localement pour répondre à la demande.

Vous l’aurez compris, le coton était produit en Afrique avant d’être exporté en Angleterre pour y être transformé en tissus dotés de motifs exclusifs.

En conclusion, l’histoire du Bazin est un exemple fascinant de l’interaction entre les cultures et les industries à travers le monde. Bien qu’il soit souvent considéré comme un produit africain, son histoire est influencée par des facteurs internationaux et une croyance imaginaire transmise depuis plusieurs générations , devenu un symbole de la richesse culturelle de l’Afrique de l’Ouest. Aujourd’hui, le Bazin continue d’être considéré comme un tissu africain tort .


Général
test content page
Paquinou c’est quoi ?

LIRE POUR COMPRENDRE 🇨🇮


COMPRENDRE PAQUINOU EN 3 MINUTES CHRONO

Top c’est parti :

En 1969 débute les travaux du barrage hydraulique de Kossou. 210 villages doivent être deguerpis parce qu’ils seront immergés par les eaux. Une partie des villages reconstruits sont appelés villages AVB ; il s’agit entre autres de Kossou, Bocabo, Angossé, Attrénou, Kongouanou et Suibonou. Trois mille six cents anciens paysans, en général baoulés, mais on l’oublie souvent des gouro également, sont ainsi devenus pêcheurs. Une autre partie des villageois est installée à l’Ouest. Ce sont les villages ARSO. Il faut noter un accueil formidable de leurs frères à l’ouest qui n’ont pas hésité à leur offrir des terres fertiles, favorisant une intégration parfaite pour ces migrants de l’intérieur. Ceux là se spécialiseront dans la culture du café et du cacao. Au total près de 100 milles baoulés sont déplacés à cause du barrage. La Côte d’Ivoire importe alors en pièces détachées les fameux bus Renault Saviem ( Badjan ) pour organiser cette grande migration. Ils seront montés à l’usine de Treichville, la succursale commerciale étant basée à Adjamé Renault, d’où le nom aujourd’hui attribué à cette zone…

Chaque année depuis 1980 environ, à l’issu de la grande traite cacaoyère qui prend fin en avril, les descendants de ces baoulé reviennent sur leurs terres, ou du moins ce qu’il en reste pour célébrer cette grande migration de l’année 1968/69. Célébrer ce qui a été à l’époque un grand traumatisme, car plusieurs cimetières ont été inondés, et abandonner ses morts est un traumatisme en pays baoulé. Houphouët-Boigny a dû longuement négocier. Il se trouve que pâques coïncide avec la fin de la grande traite cacaoyère et c’est la période de l’année au cours de laquelle les paysans baoulé dispersés un peu partout sur le territoire ivoirien, ont le plus de moyen pour revenir sur leurs terres originales les mains chargées de présents. Par la suite, et par mimétisme, les citadins baoulé et les baoulé en général se sont également prêtés au jeu migratoire, afin notamment de participer à des projets de développement ruraux. Donc en lexicologie le mot  » paquinou  » est l’onomastique* baoulé de la pâques chrétienne, relativement à leur migration annuelle.

  • L’onomastique est une branche de la linguistique qui a pour objet l’étude des noms propres : leur étymologie, leur formation, leur origine, et leur usage à travers le temps.

JCK

Photo d’illustration : vendredi 29 mars 1991, le Président et monseigneur Agré sur le parvis du palais présidentiel de Yamoussoukro après la messe du vendredi saint à la Basilique. Sur cette photo les deux enfants : Kevin Behi et Charles Jeanson.

Source Houphouet Boigny félix


Général
test content page
Le bogolan ou pagne de boue

Le bogolan ou pagne de boue

Le bogolan est une technique de teinture traditionnelle originaire d’Afrique de l’Ouest, plus précisément du Mali . Cette technique de teinture à base d’argile, de feuilles et de tiges de plantes est utilisée depuis des siècles pour créer des tissus à motifs complexes et élégants.

L’histoire du bogolan remonte à l’époque précoloniale du Mali, lorsque les peuples Dogon et Bambara ont commencé à utiliser des argiles naturelles pour teindre leurs vêtements. Les motifs étaient créés en appliquant de la boue mélangée à des feuilles ou des tiges de plantes sur le tissu, puis en laissant sécher et en rinçant le tissu pour révéler le motif. Les motifs étaient souvent symboliques et représentaient des éléments de la culture et de la spiritualité africaines.

Au fil du temps, la technique du bogolan est devenue de plus en plus sophistiquée et les teintures ont été perfectionnées pour permettre des couleurs plus vibrantes et plus durables. Au Mali, le bogolan est devenu une industrie florissante, avec de nombreux artisans travaillant à la main pour créer des tissus uniques et magnifiques.

Aujourd’hui, le bogolan est apprécié dans le monde entier pour son esthétique unique et sa signification culturelle. Les motifs complexes et les couleurs vibrantes sont devenus un symbole de l’Afrique de l’Ouest, et de nombreux designers de mode utilisent des tissus bogolan pour créer des pièces modernes et tendances. Le bogolan continue d’être une partie importante de la culture et de l’histoire du Mali et de l’Afrique de l’Ouest en général.


Général
test content page
𝗘𝗹𝗹𝗲 𝗮 𝗶𝗻𝘃𝗲𝗻𝘁𝗲 𝘀𝗼𝗻 𝗽𝗿𝗼𝗽𝗿𝗲 𝘁𝗶𝘀𝘀𝘂 𝘁𝗿𝗮𝗱𝗶𝘁𝗶𝗼𝗻𝗻𝗲𝗹

📍𝗘𝗹𝗹𝗲 𝗮 𝗶𝗻𝘃𝗲𝗻𝘁𝗲 𝘀𝗼𝗻 𝗽𝗿𝗼𝗽𝗿𝗲 𝘁𝗶𝘀𝘀𝘂 𝘁𝗿𝗮𝗱𝗶𝘁𝗶𝗼𝗻𝗻𝗲𝗹,

Né en 1935 dans le village de Gbofia dans la sous-préfecture de toumodi , Allah Thérèse est une chanteuse traditionnelle ivoirienne ;

Connu pour son talent musical hors pair, La chanteuse préférée du président feux Félix Houphouët Boigny n’a pas fait qu’influencer la musique ivoirienne , elle a aussi influencée le monde de la culture en général.

En effet la reine du Agbiro possède un pagne traditionnel en son honneur .le motif Allah Thérèse (photo), plein de signification ,ce motif a pour histoire le parcours de Mami Allah Thérèse , décédée le 19 janvier 2020 .

Texte de L’ArtisanCiv

👉🏾 Voir plus le motif hommage à ALLAH THERESE :

#lartisanciv

#Lartisan

Aucune description de photo disponible.
Général
test content page
𝗣𝗼𝘂𝗿𝗾𝘂𝗼𝗶 𝘁𝗼𝗻 𝗰𝗼𝗺𝗽𝗹𝗲𝘁 𝗕𝗮𝗼𝘂𝗹𝗲́ 𝗲𝘀𝘁 𝘂𝗻𝗶𝗾𝘂𝗲
Le tissu traditionnel baoulé est un tissu d’origine africaine, fabriqué à partir de coton et teint à l’aide de couleurs . Il est connu pour sa beauté et sa qualité exceptionnelles, souvent utilisé pour confectionner des vêtements, des accessoires de mode où des objets,
Le tissu baoulé est également très apprécié pour son symbolisme culturel .
Chaque motif est unique et raconte une histoire.
En partant de nom comme on n’a qu’une mère, l’autoroute des hommes … ,
Porter du tissu baoulé, vous vous habillez non seulement avec élégance, mais vous partagez également la culture et les traditions de ce peuple africain.
Si vous cherchez un tissu de qualité, authentique et empreint de signification, le tissu traditionnel baoulé est fait pour vous. N’hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus , Nous serons heureux de vous aider à trouver le tissu parfait pour vos projets.
Général
test content page
Ce motif Baoulé a une histoire unique

𝐋𝐞 𝐌𝐨𝐭𝐢𝐟 𝐝𝐞𝐬 𝐟𝐞𝐦𝐦𝐞𝐬 » 𝐥𝐢𝐛𝐫𝐞𝐬


Aramedafa (A ra mi n’ dia fa) en Baoulé une langue Akan du centre de la côte d’Ivoire, ce motif est un pagne symbolique. 

Aramedafa à pour signification en français

 » Après le divorce je ne manges pas la boue  », comme pour dire que la détentrice de ce motif est tout autant à son aise hors de la relation, la preuve en est qu’elle a réussi à s’acheter ce complet symbolique. 

Cependant aujourd’hui plusieurs personnes l’achètes pour sa beauté  sans en connaître la signification ancienne . 

Texte de L’ArtisanCiv #Miswan #lartisanciv

Général